Pépinière Jasmin | Jardin Jasmin

Comme un magasin de bonbons ...

Date: 2011-09-28

Tiré du Devoir, édition du 24 septembre 2011, auteure Lise Gobeille:

http://www.ledevoir.com/art-de-vivre/jardinage/332107/dans-la-bulle-des-bulbes

Dans la bulle des bulbes

La mise en terre se fait entre la mi-septembre et la mi-novembre

Lise Gobeille   24 septembre 2011  Jardinage
Le jardin néerlandais Keukenhof est entièrement consacré aux bulbes.<br />
Photo : Lise Gobeille
Le jardin néerlandais Keukenhof est entièrement consacré aux bulbes.

À retenir

www.hort.cornell.edu/combos
    En vrac

    Le site Internet du département d'horticulture de l'Université Cornell est informatif et intéressant sur les bulbes. On y suggère des agencements avec des vivaces et on y donne une liste exhaustive de bulbes pérennes en zone 5. .

    Pour un choix inégalé et une excellente qualité, il faut aller à La Pépinière Jasmin de Saint-Laurent, où les amateurs de bulbes se sentent comme dans un magasin de bonbons. La liste des bulbes est sur le site Internet de l'entreprise.
Dans les bulbes printaniers logent tout l'espoir, toute la promesse des premières floraisons tant attendues après le long hiver québécois. Y a-t-il quelque chose de plus excitant que de voir les premiers perce-neige, les jolies scilles et les crocus colorés en avril? Enfin, le printemps et la vie qui reprend! Et quand on pense bul-bes, on pense Pays-Bas, ça va de soi: la production de bulbes revêt une importance capitale pour ce pays. La culture et le commerce de gros y emploient

15 000 personnes et 20 000 hectares sont alloués à cette production, l'équivalent de 40 000 terrains de football. Les Néerlandais cultivent 70 % de la production mondiale, ce qui lui rapporte six millions d'euros par année.

Au printemps, un voyage dans la région de production des bulbes, le Bollenstreek, et une visite à Keukenhof, un jardin consacré aux bulbes, laissent des images inoubliables. Cependant, les bulbes ne sont pas indigènes des Pays-Bas; ils y ont été introduits au cours des siècles derniers. La plupart sont originaires du sud de l'Europe, de la région méditerranéenne, de l'Asie centrale et de l'Asie de l'Ouest.

Au XVIIe siècle, un engouement fou s'est emparé des Hollandais lors de l'introduction de la tulipe au pays. Certains commerçants allaient jusqu'à vendre tout leur avoir pour se lancer dans cette entreprise lucrative. Mais la frénésie a brusquement cessé avec l'effondrement du marché en 1637. Ce phénomène a été nommé tulipomanie et est parfois considéré comme la première bulle spéculative de l'histoire.

Achat, plantation, fertilisation

À l'achat des bulbes, on s'assure de les choisir bien dodus, exempts de maladie et au diamètre important. Les bulbes de gros diamètre sont plus chers, car ils ont été en culture plusieurs années, mais ça vaut le coup. Ils ont une plus grande réserve et donneront ainsi une plus belle floraison. N'oublions pas de choisir les bulbes en fonction de leur période de floraison, hâtive, mi-saisonnière ou tardive, de leur hauteur et de leur rusticité.

Pour un choix diversifié et de qualité supérieure, il est préférable d'aller dans les jardineries. Si on ne peut pas les planter immédiatement, il faut simplement les entreposer dans un endroit frais et sec, dans un sac de papier ou un filet. On les plante à une profondeur équivalant à trois fois la hauteur du bulbe. Le plateau, d'où se développent les racines, doit être vers le bas. Quelques bulbes tolèrent l'ombre: l'ail décoratif (Allium), les jonquilles (Narcissus) et les gloires des neiges (Chionodoxa).

On peut réaliser des platebandes uniquement avec des bulbes, mais ce n'est pas très joli une fois la floraison terminée: il est donc préférable de tout arracher et d'entreposer les bulbes. Il est nettement plus simple d'intégrer les bulbes avec d'autres végétaux dans une platebande. Ainsi, les feuilles jaunissantes se dissimulent sous les autres feuillages qui se déploient. De cette façon, on aura moins de travail et l'effet sera intéressant. Aussi, pour obtenir un bel impact visuel, on plante en groupe plusieurs bulbes identiques, c'est-à-dire au moins 10 à 15 bulbes de chaque hybride.

En ce qui concerne la fertilisation, les bulbes sont peu exigeants car ils possèdent une réserve. À la plantation, on peut ajouter des mycorhizes et un engrais dont l'équilibre entre les trois chiffres ressemblerait à 4-3-6. Mais ce n'est pas absolument nécessaire si le sol est régulièrement amendé avec du compost.

Cycle de croissance

Entre la mi-septembre et la mi-novembre, on plante les bulbes au jardin, dans un sol bien drainé. Durant cette période où le sol est humide et le temps frais, les bulbes forment un système racinaire abondant. Au cours de l'hiver, ils tombent en dormance, mais aussitôt que le temps s'adoucit, on aperçoit leurs feuilles. D'ailleurs, s'il y a du gel après leur apparition, il n'y aura généralement aucun symptôme; au pire, on verra des pointes de feuilles jaunies.

Si le printemps est chaud, les fleurs apparaissent rapidement, mais sont de courte durée. L'idéal pour jouir longtemps de la floraison des bulbes est un printemps ensoleillé et frais. Après la floraison, on laisse jaunir le feuillage afin que la photosynthèse permette l'accumulation de réserves dans le bulbe.

On peut également arracher les bulbes, les entreposer dans un endroit frais et sec et laisser le feuillage jaunir. Durant l'été, le bulbe semble en dormance, mais c'est à ce moment qu'il forme son bouton floral.

Naturalisation, pérennisation

Certains hybrides de tulipes, de jonquilles, de crocus, de muscaris et de scilles se naturalisent facilement, c'est-à-dire qu'on les plante à un endroit et, quelques années plus tard, ils ont colonisé l'espace. Les petits bulbes, comme les crocus et les scilles, naturalisent joliment une pelouse tandis que les jonquilles aménagent fort bien un sous-bois. Quant aux bulbes pérennes, ils s'installent pour plusieurs années sans coloniser. Les hybrides ayant cette qualité sont intéressants, car ils nous évitent d'avoir à replanter année après année.

Déjouer les écureuils et les chevreuils

Les bulbes suivants attirent moins les écureuils au jardin: l'ail décoratif, les jacinthes, les muscaris et les scilles. On met un grillage métallique par-dessus les bulbes, avant de les couvrir. Les cheveux humains, les poils de chien et de chat ont un effet répulsif, mais on doit en remettre souvent.

Dans le cas des chevreuils, ils délaissent les jonquilles (Narcissus), les perce-neige (Galanthus) et les nivéoles du printemps (Leucojum) car ceux-ci contiennent des substances toxiques. Aussi, certains bulbes ne sont pas appréciés: ail décoratif (Allium), camassia quamash (Camassia), gloire des neiges (Chionodoxa), scilles (Scilla), fritillaires (Fritillaria) et muscaris (Muscari).

  • Bulbes pour la naturalisation
  • Narcissus «Barret Browning»
  • Narcissus «Carlton»
  • Tulipes appelées tulipes botaniques
  • Petits bulbes pour les pelouses ou les platebandes
  • Scille siberica
  • Muscari armeniacum
  • Crocus «Pickwick»
  • Bulbes pérennes
  • Tulipe «Arabian Mystery»
  • Tulipe «Flaming Parrot»
  • Tulipe «Spring Green»
  • Tulipe «Toronto»
  • Allium «Globemaster»
  • Leucojum «Gravetye Giant»
  • Camassia quamash
  • Narcissus «Actae»
  • Narcissus «Fortissimo»
  • Narcissus «Geranium»
  • Narcissus «Gigantic Star»
  • Narcissus «Mt. Hood»

Si vous avez des questions horticoles, contactez-moi à l'adresse suivante: lgobeille@ledevoir.com